Ihr Broker

  • DAX 0,70
  • EUR/USD 0,50
  • GOLD 0,30

Nur Spreads

Keine Kommission

Jetzt registrieren

CFDs sind komplexe Instrumente und umfassen aufgrund der Hebelfinanzierung ein hohes Risiko, schnell Geld zu verlieren.

Mozambique, Covid-19

Mozambique

02.09.2020 - 20:32:23

Mozambique : ouverture aujourd'hui du plus grand centre de traitement Covid-19 alors que les déplacés fuyant les attaques affluent

MAPUTO, Mozambique, 02 September 2020 / PRN Africa / -- Face à la recrudescence d'attaques depuis plusieurs semaines contre des villes et villages de Cabo Delgado (nord du Mozambique), des milliers de personnes ont fui leur foyer et rejoint à pied, par la route ou par bateau la capitale de la province, Pemba. Cette ville est une des zones les plus touchées par la Covid-19 dans le pays. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a contribué à y construire le plus grand centre de traitement du pays, qui ouvre ses portes aujourd'hui. Il pourra accueillir jusqu'à 400 patients et sera accessible à plus de 240 000 personnes vivant dans la zone.

Violence et Covid-19 : la double peine des déplacés

Les familles qui arrivent à Pemba ont dû quitter leur foyer les mains quasiment vides. Elles sont épuisées et traumatisées. Suite aux récentes attaques à Mocímboa da Praia et d'autres localités de la province, davantage de déplacés devraient probablement gagner la ville dans les semaines à venir.

« Les personnes qui fuient le conflit armé au Mozambique ne font que troquer ce danger mortel contre le risque de contracter la Covid-19. Le nouveau centre de traitement va aider la communauté à faire face à la crise sanitaire, mais ces familles ne pourront pas rentrer chez elles tant que les combats se dérouleront à proximité des habitations », explique Raoul Bittel, le chef des opérations du CICR à Pemba, au Mozambique.

Le risque de contracter la Covid-19 à Pemba, l'un des foyers les plus inquiétants au Mozambique, est élevé. La plupart des personnes déplacées sont accueillies chez des proches, qui voient leur situation déjà fragile s'aggraver. La proximité est telle qu'il paraît utopiste de respecter une quelconque distanciation physique.

« Le Décimo Congresso est le plus important centre de traitement de la Covid-19 au Mozambique », indique le Dr Basilio dos Mwelus, responsable du Département de la planification à la Direction provinciale de la Santé. « Nous espérons que nous n'aurons pas à exploiter l'établissement au maximum de ses capacités, mais tout est prêt si cela devait être le cas. C'est d'autant plus crucial dans la province de Cabo Delgado, qui compte un grand nombre de déplacés et une forte concentration de population particulièrement exposée au risque de contamination. »

Une intensification des violences en 2020

Les attaques qui ont récemment frappé Mocímboa da Praia sont le dernier exemple en date d'une tendance inquiétante, où l'on voit l'accès humanitaire se réduire à mesure que le conflit armé s'intensifie. À Mocímboa da Praia, Macomia et dans d'autres villes et villages de Cabo Delgado, le conflit n'épargne ni la population ni les structures essentielles à sa survie. Des maisons sont incendiées, des écoles et des structures médicales pillées et détruites, et des terres agricoles ravagées. Des centaines de personnes ont été tuées, blessées ou sont portées disparues, et des centaines de milliers n'ont d'autre choix que de quitter leur foyer pour aller se cacher dans la brousse ou fuir encore plus loin.

Si la province de Cabo Delgado, riche en ressources naturelles, subit la violence depuis 2017, celle-ci s'est intensifiée en 2020. Ainsi, des villes jusque-là épargnées, où les déplacés venaient prendre refuge, sont désormais attaquées.

Fin mai, la ville de Macomia, où le CICR œuvre depuis un an à rétablir les services de santé et d'approvisionnement en eau, a été prise pour cible. La population de la ville a fui dans la brousse et plus au sud, dans des bateaux de fortune. Dans les affrontements, une maternité, remise en état par le CICR après le passage du cyclone Kenneth en 2019, a également été détruite.

SOURCE Comité international de la Croix-Rouge (CICR)

@ prnewswire.co.uk