Ihr Broker

  • DAX 0,70
  • EUR/USD 0,50
  • GOLD 0,30

Nur Spreads

Keine Kommission

Jetzt registrieren

CFDs sind komplexe Instrumente und umfassen aufgrund der Hebelfinanzierung ein hohes Risiko, schnell Geld zu verlieren.

TEMOIGNAGE, Lutter

Malawi

18.11.2020 - 22:29:09

TEMOIGNAGE - Lutter contre la traite des êtres humains au Malawi

NEW YORK, 18 November 2020 / PRN Africa / -- Rien que cette année, malgré les restrictions imposées par la Covid-19, son travail a permis à Maxwell Matewere de sauver environ 300 victimes de la traite des êtres humains et de procéder à 31 arrestations.

J'étais un jeune et récent diplômé en droit lorsque j'ai fait l'expérience des horreurs de la traite des êtres humains pour la première fois. C'était en 1998. Je travaillais pour une ONG de défense des droits de l'homme et j'assistais à un atelier en Afrique du Sud. Un chauffeur de taxi m'a parlé de deux filles de mon pays d'origine qui travaillaient dans un bar à Johannesburg. Il était très inquiet à leur sujet.

Elles étaient sœurs, et avaient à peine 14 et 16 ans. Je les ai rencontrées et j'ai découvert qu'elles avaient été victimes d'un trafic du Malawi vers l'Afrique du Sud et forcées de se prostituer. Elles étaient dans un état terrible, tant physiquement que mentalement.

J'ai réussi à organiser leur retour au Malawi. Aujourd'hui, l'une des sœurs travaille comme comptable, l'autre comme directrice d'une école primaire. Nous sommes restées en contact, et elles me considèrent toujours comme leur « père ».

Cette rencontre m'a encouragé à consacrer ma carrière à la lutte contre la traite des êtres humains et, après que le Malawi a ratifié le protocole des Nations Unies sur la traite des personnes en 2005, je suis devenu membre d'une commission qui a élaboré la première loi nationale sur la traite des êtres humains. Elle est entrée en vigueur en 2015.

Des centaines de personnes sont victimes de la traite chaque année

La traite des êtres humains est un gros problème dans mon pays mais, à l'époque, il y avait très peu de sensibilisation à ce crime. Chaque année, des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants, provenant principalement des zones rurales, sont victimes de la traite à l'intérieur et à l'extérieur du pays à des fins de travail forcé et d'exploitation sexuelle commerciale.

Mais aujourd'hui, mon pays dispose des moyens légaux pour condamner les trafiquants de manière appropriée et pour fournir une protection et un soutien aux victimes. C'est un grand pas en avant. Il est de mon devoir de soutenir la mise en œuvre de la loi contre la traite des êtres humains et du plan d'action national, qui a été élaboré et est mis à jour avec l'aide de l'ONUDC.

Je me déplace dans tout le pays pour former, encadrer et conseiller les responsables de l'application de la loi qui s'occupent des cas de traite des êtres humains. J'explique comment ils peuvent utiliser les lois pour détecter les cas, identifier et protéger les victimes et assurer la poursuite des criminels.

Les fonctionnaires qui s'occupent des cas de traite des êtres humains - policiers, contrôleurs des frontières, agents de l'immigration et enquêteurs - sont encouragés à faire passer les droits de l'homme et les besoins des victimes avant tout. Je travaille avec des travailleurs sociaux qui aident les victimes sur le chemin de la guérison, y compris les courageux survivants qui témoignent dans des affaires judiciaires.

Je visite des communautés rurales, où je parle aux chefs traditionnels des villages de la traite des êtres humains et des astuces utilisées par les trafiquants : ces personnes ont beaucoup de pouvoir dans leurs communautés pour influencer le changement de comportement.

Je me rends également dans des écoles, des centres de santé et des églises, pour sensibiliser le grand public à ce crime. C'est très gratifiant de travailler pour les Nations unies, de recevoir les commentaires encourageants des participants à mes sessions de formation et à mes tournées de présentation.

Mettre en lumière un crime caché

Je constate l'efficacité de mon travail, à travers le nombre toujours croissant de victimes sauvées des trafiquants d'êtres humains, le nombre d'arrestations effectuées et les affaires qui sont poursuivies avec succès.

Il y a plusieurs affaires dans lesquelles j'ai été impliqué, et j'en suis fier. Il s'agit notamment du sauvetage de victimes malawiennes de l'exploitation du travail au Koweït et en Irak et de leur retour chez elles en toute sécurité, ainsi que du sauvetage d'hommes du Népal qui avaient été victimes de la traite des êtres humains au Malawi. Et il y a les récents sauvetages de jeunes victimes de mariages forcés et de prostitution, suite à mon mentorat cet été.

Certaines des affaires sur lesquelles j'ai travaillé sont citées par des avocats et des procureurs. Elles sont également utilisées par les services de police du Malawi dans leur programme de formation des nouvelles recrues.

Dans mon pays et dans le monde entier, on me qualifie de "héros". Au début de cette année, j'ai été honoré par le Département d'État américain. Mais, pour moi, la meilleure récompense est de voir comment mon travail a attiré l'attention nationale, régionale et mondiale sur la traite des êtres humains, qui est souvent un crime caché.

Il faut davantage de Maxwell au Malawi

Les décideurs politiques reconnaissent désormais que la traite des êtres humains est un problème de plus en plus préoccupant qui doit être traité, et les médias du Malawi jouent désormais un rôle clé dans la mise en lumière de la traite des êtres humains. Je considère qu'il est de mon devoir de veiller à ce qu'il n'y ait pas un seul Maxwell, mais plusieurs Maxwell. Je veux former davantage de personnes afin que mon pays puisse répondre efficacement à ce crime cruel.

Grâce à mon travail, je peux faire la différence, défendre les personnes vulnérables et prévenir la traite des êtres humains. C'est ce qui me motive et le désir d'aider les victimes, leur souffrance me préoccupe vraiment.

Parfois, mon travail m'affecte émotionnellement. Je vois des choses terribles, je me demande comment des personnes peuvent commettre de tels actes, en particulier à l'égard d'enfants innocents. Mais je suis capable de trouver un équilibre entre ma vie privée et ma vie professionnelle.

J'ai trois enfants, un garçon de 13 ans et deux filles de sept et quatre ans. Quand je suis à la maison, je passe du temps avec eux. Le week-end, nous allons tous à l'église. Ma femme et les enfants me manquent beaucoup quand je dois voyager. Les deux enfants les plus âgés sont conscients du travail que je fais, mais je ne discute pas de cas particuliers avec eux.

Ma fille de sept ans a récemment été invitée à l'école pour apporter une photo d'une personne célèbre. Elle a pris une photo de moi et a dit à la classe que son père est un héros grâce au travail qu'il fait.

SOURCE Centre d'actualités de l'ONU

@ prnewswire.co.uk