International Road Transport Organisation (IRU), corporate

International Road Transport Organisation (IRU),

05.11.2018 - 01:06:34

EQS-News: IRU: Selon une nouvelle étude de IRU, la technologie et l'automatisation vont définir le futur du transport routier européen

EMBARGO JUSQU'À 00:01 (GMT) LUNDI 5 NOVEMBRE 2018  

Selon une nouvelle étude de IRU, la technologie et l'automatisation vont définir le futur du transport routier européen, même s'il reste des obstacles majeurs à surmonter  

- Une étude publiée aujourd'hui par IRU montre qu'au vu de l'incertitude économique et géopolitique, l'innovation s'appuyant sur la technologie sera un élément capital afin de relever les défis de demain dans le secteur du transport routier en Europe.

- Cette thématique sera en tête de l'ordre du jour du Congrès mondial d'IRU, un nouvel évènement international dédié au transport, à la logistique et à la mobilité qui débutera cette semaine à Muscat, dans le Sultanat d'Oman.

L'étude éclaire internationale publiée aujourd'hui se fonde sur des informations collectées lors d'entretiens avec 450 sociétés de transport européennes, asiatiques et du CCG[1]. Les sondés incluaient 175 sociétés de huit pays européens - la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Pologne et la Roumanie. L'étude fait ressortir les conclusions suivantes :

- La majorité des sociétés de transport européennes (57%) considère l'incertitude géopolitique comme la plus grande menace pour leur développement.

- La technologie et l'innovation sont des éléments importants pour surmonter les défis et garantir l'avenir du secteur - 71% des sociétés de transport européennes interrogées pensent que les camions autonomes deviendront une solution rentable sur les routes dans les dix prochaines années.

- Lors de l'ouverture de son Congrès mondial dans le Sultanat d'Oman, IRU, l'organisation mondiale du transport routier, a appelé l'industrie internationale à développer les bases en matière de numérisation du transport afin de profiter pleinement de l'automatisation et d'autres innovations.

Les conclusions ont révélé qu'avec les négociations sur le Brexit dans l'impasse, plus de la moitié (57%) des sociétés européennes voit l'incertitude géopolitique comme la plus grande menace à laquelle le secteur doit faire face. Elles s'inquiètent également du risque d'excès de réglementation (48%), car l'industrie ressent toujours les conséquences de la mobilité à l'échelle européenne, ainsi que de la possibilité d'une nouvelle récession au niveau mondial (54%).

Umberto de Pretto, le secrétaire général de IRU, commente : «Le système de transport mondial affecte la vie de chacun des sept milliards d'individus sur cette planète, de la nourriture que nous mangeons aux biens de consommation que nous achetons. Il n'est peut-être donc pas étonnant que bon nombre de problématiques auxquelles la société fait aujourd'hui face soient également considérés comme les défis les plus importants par les sociétés de transport. Cela inclut quelques-unes des principales thématiques qui dominent l'agenda international, y compris la géopolitique, le commerce et l'environnement.»La technologie offre un avenir sûr, prospère et durable

Les sociétés de transport reconnaissent que les avancées technologiques et les innovations constitueront des éléments clés pour bâtir une industrie sûre, prospère et durable à l'avenir. Presque un tiers (31%) des sociétés de transport européennes considèrent qu'améliorer la sécurité représente la plus grande opportunité d'innovation (un sentiment partagé par leurs paires au niveau mondial), tandis que seule une sur cinq cite l'automatisation.

Dans les faits, les sociétés de transport sont très optimistes quant aux échéances concernant l'automatisation - près des trois quarts (71%) des sociétés de transport s'attendent à ce que les camions autonomes deviennent une solution rentable au cours des dix prochaines années et 21% d'entre elles pensent que cela deviendra une réalité d'ici cinq ans. À l'échelle mondiale, les sociétés de transport sont convaincues que le principal avantage de l'automatisation sera l'accroissement de la productivité (50%), suivi par la réduction des coûts (19%).

Surmonter les obstacles sur le chemin de la numérisation

Il subsiste encore des obstacles concernant l'adoption de la technologie - les sociétés de transport européennes considèrent que les principaux défis quant à l'adoption des innovations technologiques sont le coût et l'investissement (71%), suivis par le manque de personnel hautement qualifié (66%).

Cela sous-entend que certains acteurs de l'industrie n'ont pas encore accepté les nouvelles technologies et les nouveaux processus et qu'il reste encore beaucoup de travail pour créer des bases solides en matière de numérisation et d'harmonisation des formats avant de pouvoir optimiser correctement les innovations technologiques.

Se préparer à l'automatisation

De même, alors que bon nombre de sociétés de transport européennes pensent les camions autonomes sillonneront bientôt et de nombreux fabricants mènent déjà des projets pilotes, il y a en réalité encore beaucoup de chemin à parcourir avant qu'ils deviennent une solution sûre et rentable.

Malgré le fait que la technologie elle-même soit de plus en plus complexe, il y a un risque qu'elle soit freinée par une multitude de questions concernant le manque de financement nécessaire pour les infrastructures, la formation des conducteurs, les contraintes juridiques et les problèmes de cybersécurité. Il faudra d'abord apporter des réponses à ces questions afin que l'automatisation puisse libérer tout son potentiel.

Boris Blanche, directeur général d'IRU, explique : «Il est évident que les camions autonomes transformeront un jour le secteur - amélioration de la productivité, gains d'efficacité et améliorations des conditions de travail des conducteurs. Mais, à l'avenir, ces derniers ne seront pas totalement remplacés et l'industrie doit continuer à encourager plus de gens à embrasser cette profession. Nous devons adopter la technologie correctement et de manière responsable au fil du temps et nous assurer que l'ensemble des acteurs de l'industrie coopèrent.»

Umberto de Pretto ajoute : «Pour que la technologie s'implante et que l'industrie en tire véritablement profit, nous devons nous assurer d'avoir les bases. Cela signifie que nous devons d'abord mettre en place les bases, c'est-à-dire passer à la documentation numérique, améliorer la traçabilité, la sécurité et l'efficacité par exemple. Nous devons travailler davantage afin de faire le lien entre les opérateurs, les prestataires de services, les fabricants et les gouvernements afin de créer un environnement propice à l'innovation et à la numérisation.

Nous devons également faire pression en faveur d'une législation et de dispositions qui encouragent l'ensemble des acteurs à investir dans la technologie nécessaire afin que ces innovations deviennent la norme. Le rôle de IRU consiste à défendre le potentiel de l'industrie ainsi qu'à promouvoir cette coopération afin de permettre à tous les acteurs du secteur de saisir cette magnifique opportunité.» - FIN -Notes aux éditeurs

À propos de IRU IRU est l'organisation mondiale du transport routier. Elle promeut la croissance économique, la prospérité et la sécurité par le biais de la mobilité durable des biens et des personnes. Fondée en 1948, IRU comprend des membres et des activités répartis dans plus de 100 pays. En 1949, IRU a conçu le TIR et continue de gérer le système.

À propos du Congrès mondial de IRU Le Congrès mondial de IRU est le nouvel évènement international consacré au transport, à la mobilité et à la logistique. Il s'agit d'une plateforme qui permet aux décideurs du monde entier d'échanger des idées, de débattre des solutions à adopter et de définir l'avenir du secteur du transport routier. «Innovation on the Move», qui s'articule autour des thèmes de l'innovation et du commerce, aura lieu au nouvel Oman Convention and Exhibition Centre (centre des congrès et des expositions du Sultanat d'Oman) à Muscat du 6 au 8 novembre 2018. www.iruworldcongress.com/

Méthodologie employée lors de l'étude Random SA, en collaboration avec IRU, a conçu une enquête quantitative en ligne ayant pour cible les sociétés de transport.

L'enquête a été réalisée sur un échantillon international de 450 sondés travaillant pour un transporteur, un courtier de fret ou une société de transitaire dans l'un des 19 pays présélectionnés représentant les zones géographiques suivantes : l'Europe, le CCG et l'Asie. L'échantillon de recherche a été identifié, recruté et interrogé de manière indépendante afin de garantir une image large, solide et représentative des sociétés de transport.

Des quotas ont été définis par pays et pondérés pour obtenir 150 sondés par région. Des quotas supplémentaires ont été définis pour obtenir un échantillon comportant au moins 50% de PDG/responsables des départements logistiques et 50% de non-cadres dans les départements logistiques.

Le travail sur le terrain a eu lieu de la fin août à la mi-septembre 2018 et a été réalisé par Asia Research Partners, l'une des principales sociétés d'études asiatiques indépendantes, siégeant en Inde, sous le contrôle de Random SA. et Asia Research Partners sont membres de l'ESOMAR, la principale association mondiale de connaissances, afin de certifier que les normes éthiques et professionnelles les plus strictes ont été respectées par les instituts de recherche membres. Random SA a effectué l'analyse (SPSS) en interne en s'appuyant sur un niveau d'importance statistique de 95%.

Contact presse Karen Mazzoli Responsable - Média et communication, IRU Genève +41-22-918 27 96 (ligne directe) +41-79-633 89 53 (mobile)karen.mazzoli@iru.org

Firstlight PRiruteam@firstlightpr.com +44 (0)20 3617 7240[1] Le Conseil de coopération des États du Golfe, souvent abrégé en Conseil de coopération du Golfe (CCG), est une organisation intergouvernementale composée de six états du golfe Persique : le Bahreïn, le Koweït, le Sultanat d'Oman, le Qatar, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Les sociétés de transport de ces pays (hormis le Sultanat d'Oman) ont répondu à l'enquête de l'IRU.

Fin du communiqué aux médias

740907  05.11.2018 

@ dgap.de